Accueil  Portail  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Peu importe le titre puisque seule l'histoire restera....

Aller en bas 
AuteurMessage
Neharmack
Rôdeur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Entre deux ravines et un sous bois.
Humeur : Et si nons âmes étaient liées?
Date d'inscription : 19/04/2009

Feuille de personnage
Race: Humain
Age: 18
Etat mental: En paix

MessageSujet: Peu importe le titre puisque seule l'histoire restera....   Jeu 6 Aoû - 19:55

Le visage avait pourtant paru plus éveillé : les mots étaient sortis plus simplement et clairement; et pourtant il y avait toujours ces yeux d'un rouge sanguinaire, presque écarlate. Chaque veine avait explosé, laissant le blanc de l'œil taché de rouge. Ce regard, Neharmack l'imagina plein de haine, puis avec la voix, il l'imagina plein d'amertume; en regardant le corps, il l'imagina plein de douleur. Finalement, il était un peu chargé de tout ces qualificatifs et le jeune humain eu pitié de ces yeux qui le regardait avec envie. D'ailleurs ces yeux le sondait plus qu'ils le regardaient cherchant à connaître le moindre détaille du visage anguleux du soldat. Quand ils s'arrêtèrent sur les cicatrices en forment de larmes, Neharmack eu un haut le cœur. Allait il se moquer comme tout les autres? Et finalement les yeux parcoururent le reste du visage sans vraiment attacher d'importance à ces deux larmes qui rouleraient indéfiniment sur les joues creusées du jeune homme.
Neharmack laissa le jeune homme essayer de se lever seul, comme il l'avait demander, il ne l'aida pas non plus lorsque celui ci tomba, une force l'empêchait tout simplement d'avancer. Après la tête, se fut le corps qui se tendit dans un dernier sursaut et finalement qui retomba dans le néant. Pourtant, dans les yeux entrouvert du l'homme à terre, Neharmack lu enfin de la joie. Quelle joie?? Celle d'être encore en vie? Celle de voir qu'il n'était pas seul? Peut être. Pour la savoir Neharmack allait devoir se coltiner le corps pendant au moins deux kilomètres. C'est d'ailleurs ce qu'il fit. Il prit délicatement le corps du jeune homme dans ses bras, comme lorsque l'on porte une mariée avant de franchir le seuil de la maison ou que l'on porte une femme enceinte qui s'est évanouie avant d'accoucher. Il passa un bras sous la tête ballante, l'autre sous l'extrémité de la colonne vertébrale. Il sentait le sang circuler, le cœur battre. Tout espoir n'était donc pas perdu...

Les deux kilomètres étaient passés rapidement et Neharmack n'avait cessé d'admirer le visage de son compagnon. Sous les paupières à demi-fermées se trouvaient deux yeux bleus que Neharmack avait pu admirer pendant quelques secondes. Ils contrastaient de manière assez impressionnante avec le reste du visage. Tout semblait noir, des cheveux à la barbe naissante, en passant par les sourcils et la saleté accumulée sur les joues. Le reste du corps était pétri de muscles et de blessures.
Le reste du temps, Neharmack avait du se contenter de regarder où il marchait pour ne pas trébucher et faire tomber son précieux fardeau, et quand enfin il vit les portes de la forteresse, il sentait un poids se poser sur ses épaules : comment allaient réagir les autres?
Un garde de la ronde commença par ordonner à d'autre d'ouvrir les portes. Ensuite tout fut flou, les hommes accouraient, les ordres et les commentaires se succédaient sans plus de sans les uns que les autres:

"- Laisse cet homme ici nous allons le soigner.
- Retourne le laisser là où tu l'as trouvé!
- Sale gamin, tu nous ramènes un espion.
- Je vous avais prévenu!! Un gamin de cette sorte, ça ne peut ramener que de la poisse, il faut s'en débarrasser..."

C'est finalement le second d'Arusha qui régla le problème. Il renvoya tous les badauds et demanda à Neharmack de le suivre dans sa tente, un garde s'occuperait du jeune homme inconscient pendant se temps.
Dans la tente, le second lui demanda se qu'il savait du jeune, dans quelles conditions il l'avait trouvé, où exactement, ce qu'il en pensait... Et finalement il se plongea dans un silence profond. Ce labs de temps laissa à Neharmack quelques minutes pour réfléchir sur son cas. Il ne méritait aucune punition, et avec un peu de chance, le second pourrait même lui donner une promotion pour avoir sauver une vie. Mais le second était il un homme d'honneur?


"- Écoute mon petit, je sais que ton geste était plus que généreux c'est pourquoi je ne te punirai pas. Mais je ne sais pas quoi faire du corps de ton ami. Les temps sont à la suspicion et personne, pas même toi et moi ne savons de quel camp il fait parti. Si c'est un ennemi nous sommes assez pour le tuer mais je ne sais pas s'il ne profitera pas de la nuit pour se sauver...
Pour l'instant, tu le garderas dans ta tente. Je veux que tu le soignes et que tu t'occupes de lui. Quand il se réveillera tu préviendras un garde mais en aucun cas tu ne dois le quitter. Je posterai deux hommes devant ta tente pour votre protection et ton service. D'ici là tu es consigner à sa guérison, interdiction de continuer à faire des rondes. De plus nous levons le camp dans deux jours. Maintenant par j'ai des affaires plus importantes à régler."

C'est ainsi que Neharmack se retrouva à genoux devant sa paillasse en train de passer un linge humide sur le visage de l'inconnu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Peu importe le titre puisque seule l'histoire restera....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Lord of the Rings :: Terre du Milieu :: Royaumes humains :: Gondor :: Osgiliath-
Sauter vers: