Accueil  Portail  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Races: compte-rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radagast
Administrateur principal- Magicien brun
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 24
Emploi/loisirs : Regarder les arbres pousser...
Humeur : Pensif...
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Race: Istar
Age: Des milliers d'années...
Etat mental: Heureux et épanoui !

MessageSujet: Les Races: compte-rendu   Mer 28 Oct - 18:39

Les Elfes



I) Histoire


Suite à la Guerre de l'Anneau, de nombreux Elfes parmi les plus puissants et les plus anciens quittèrent Arda, s'embarquant depuis les Havres Gris vers Valinor. Seul une poignée d'individus, qui ne dépassaient guère le nombre de cinq mille, choisirent de rester, par amour pour les Terres du Milieu ou par volonté de préserver les grands bastions elfiques: Imladris, le Lindon, la Lothlorien et la Forêt Noire. Trois grands chefs commandaient ce petit nombre: Glorfindel le Grand, maitre de Rivendell, Celeborn, époux de Galadriel et roi de Lothlorien, ainsi que Thranduil, père de Legolas et souverain de Mirkwood. Ils étaient secondés par d'autres Elfes parmi les plus sages: Elladan et Elrohir, fils d'Elrond, Idrial, élève de Galadriel et Earane Elendil, fille adoptive de Glorfindel.

Durant plus d'un siècle, les derniers bastions prospérèrent, nouèrent de solides liens commerciaux et diplomatiques avec les Nains, malgré l'animosité les opposant, et surtout avec le Royaume Réunifié d'Aragorn Elessar. Ainsi, on vit plusieurs chevaliers Elfes accompagner le roi de Gondor dans sa campagne contre les hommes de Rhun. En parallèle de cela, la culture elfique connut un véritable essor: de grands artistes embellissaient les villas de Rivendell, tandis que des poètes hors pair chantaient l'amour de la Nature et la joie de vivre depuis les tours d'Emyn Beraid et d'Imladris.

Ironie du sort, on aurait donc pu comparer l'époque de la décadence à un dernier "Age d'Or". Il est vrai, une tache d'ombre subsistait sur ce tableau: la population elfique ne cessait de décroitre, nombreux étaient ceux qui choisissaient l'exil en Aman. C'est ainsi que les Noldor de la Terre du Milieu finirent par s'éteindre totalement, à l'exception notable de Glorfindel et ses conseillers. De même, les Sindar n'étaient plus que quelques centaines, se rassemblant en Lorien et Mirkwood. Le Lindon se trouvait désormais dangereusement sous-peuplé, les derniers habitants (parmi lesquels se trouvait une majorité de non-elfes) se massant aux alentours du port de Mithlond. A la veille du retour de Morgoth, la population totale elfique ne dépassait pas trois mille individus.

Puis vint le temps de la Dagor Dagorath. Tandis que Humains et Nains ne prêtaient guère attention aux rumeurs parlant d'un retour du Dieu Noir et de la construction d'une immense forteresse au Nord, les Elfes, qui connaissaient l'histoire de la Prophétie, s'en alarmèrent, et tentèrent de prévenir le roi Elessar. Mais le vieux roi, miné par la maladie et par les intrigues de la Cour, ne put faire entendre raison à son peuple. Peu de temps après, la tempête s’abattit effectivement du Nord. De gigantesques armées d'Orientaux et d'Orcs, menés par un dragon que l'on disait être Glaurung ressuscité, s'emparèrent par surprise d'Erebor et de Dale. Les rumeurs de la bataille et du massacre qui s'en suivit parvinrent aux oreilles des souverains Elfes qui s'armèrent contre ce danger surgi de nulle part. De grands succès furent d'abord au rendez-vous. Ainsi, les forces de Thranduil et de Celeborn, alliées aux humains de Rhovanion, infligèrent une cuisante défaite aux serviteurs de Morgoth aux Gués du Carrock, les forçant à s'enfermer dans Erebor.

Mais déjà les mauvaises nouvelles s'accumulaient: les Haradrims envahissaient en nombre le Gondor et menés par Harkand, s'emparaient de Minas Tirith tandis que les araignées de la Forêt Noire s'en prenaient aux Halls de Thranduil et ne furent repoussées qu'avec peine. Les quelques succès remportés par les Elfes ne devinrent plus que d'insignifiants souvenirs et ces dernier durent reculer face à la marée ennemie. C'est alors que survint un désastre sans précédent: les troupes de Morgoth s'emparèrent de la Comté, massacrant l'armée hobbit ainsi que le corps expéditionnaire elfe venu en renfort, tuant Thranduil et capturant Glorfindel. Le royaume de Mirkwood se disloqua totalement suite à cet évènement et les quelques survivants vinrent se réfugier en Lothlorien.


II) Société


Contrairement à la plupart des sociétés de la Terre du Milieu, les Elfes ne se divisent pas en dominants ou dominés. On distingue en réalité deux catégories d'Elfes:

-Ceux qui se consacrent à la Guerre et à la défense des Bastions, souvent choisis parmi les plus forts et les plus vaillants.
-Ceux qui se consacrent à l'étude et aux arts, faisant perdurer les traditions elfiques. Les intellectuels elfes sont souvent considérés comme les meilleurs des Terres du Milieu, bien que le savoir qu'ils diffusent ne dépasse guère les cercles aisés des humains et des nains.

Toutefois, il n'est pas rare de trouver des Elfes qui cumulent ces deux activités: la guerre et la science. Ce sont souvent ces derniers qui obtiennent des charges importantes, comme le gouvernement d'une cité.

Les Elfes ne sont pas paysans: vivant en contact avec la nature, ils obtiennent leur nourriture par la cueillette, la chasse et parfois le commerce. Cependant, on notera le cas de certains seigneurs Elfes de Lindon qui emploient des métayers humains pour cultiver de vastes champs les approvisionnant en céréales et en légumes.

Il convient également de distinguer une troisième catégorie d'Elfes: les Rôdeurs. Pour la plupart des guerriers en quête de combats et d'aventures, ils sont réputés comme d'excellents combattants et de grands connaisseurs de la nature, voir même de la Magie. Mais certains ont succombé aux Ténèbres et se sont mis au service d'Angband: ce sont les Elfes noirs, majoritaires à Dol Guldur.

Du point de vue politique, les Elfes ne possèdent pas de véritable gouvernement, chaque peuple s'administre lui-même et possède ses seigneurs. Toutefois, avec la montée de la menace d'Angband, il fut décidé de créer un Conseil des Neufs siégeant aux Collines des Tours. Composé de neuf seigneurs parmi les plus anciens, les plus sages et les plus puissants, il rassemblait Glorfindel de Fondcombe, sa fille adoptive Earane Erendil, Thranduil de Mirkwood, Celeborn de Lothlorien, son intendant Alhevelui et son élève Idrial, Galdor (successeur de Cirdan à la tete des Havres) et les jumeaux Elladan et Elrohir, fils d'Elrond. Ce Conseil avait en charge la conduite de la Guerre, de la diplomatie avec les autres Peuples et la pratique de la justice au sein des Elfes. Toutefois, avec le temps, les membres de ce Conseil disparurent les uns après les autres:

-Thranduil périt lors du Sac de la Comté
-Alhevelui fut assassiné peu après lorsque les forces de Morgoth envahirent Mirkwood
-Glorfindel et Idrial, capturés par l'ennemi, disparurent dans les ténèbres d'Angband
-Galdor, dégouté par les horreurs de la guerre, s'embarqua pour Valinor
-Earane fut tuée par une patrouille orque aux alentours de Fondcombe

Suite à cette hécatombe, certains Elfes souhaitèrent faire couronner Celeborn, dernier membre du Conseil avec ses petits-fils Elladan et Elrohir, Haut Roi des Elfes de Terre du Milieu. Mais le roi de la Lorien, sans doute par respect envers ses anciens compagnons, refusa, à l'étonnement général.


III) Les Bastions elfiques


1. Imladris

Spoiler:
 

Située au creux d'une vallée encaissée sur le versant Ouest des Monts Brumeux, Imladris, dite aussi "Fondcombe", est l'une des plus anciennes cités elfiques d'Arda. Protégée jadis par Vilya, l'Anneau d'Elrond, Imladris en a gardé une joie et une bonne humeur omniprésente, ainsi qu'un ciel nocturne unique par sa beauté dans toute la Terre du Milieu.
Aujourd'hui gouvernée par Elladan et Elrohir, les deux fils jumeaux d'Elrond, cette citée sacrée est devenue un véritable refuge pour les peuples opprimés de la Terre du Milieu qui fuient l'ombre de Morgoth. Ainsi, on peut y trouver des Nains d'Erebor, des Hobbits et de nombreux Dùnedains du Sud. Ironiquement, la population non-elfique constitue aujourd'hui les deux tiers des habitants de la cité qui rassemble plus de quinze cent âmes.

2. La Lorien

Spoiler:
 

Entre l'Andùin et les Monts Brumeux se trouve la forêt de Lothlorien, un des plus beaux endroits de la Terre du Milieu, notamment grâce à la présence d'arbres dorés appelés mallorn et de merveilleuses fleurs nommées Elanor. C'est le domaine des elfes Galadhrims, menés par le roi Celeborn, qui habitent de larges plates-forme situées au sommet des arbres et qui vivent dans un bonheur constant.
Avec le départ de Galadriel, la Lorien perdit sa protection magique contre les armées ennemies. C'est ainsi que la belle forêt fut la cible de nombreuses offensives venues d'Angband qui furent toutefois repoussées avec succès. En effet, les Galadhrims comptent parmi les meilleurs archers de la gent elfique et nul ne peut les égaler au combat au sein de leur forêt. Ainsi, le royaume de Celeborn devint l'une des bases d'opérations des résistants humains et accueillit les réfugiés du royaume de Mirkwood. Avec plus de deux mille six cent habitants, dont la moitié composés d'Elfes, la Lorien est aujourd'hui le principal foyer de la résistance elfique.

3. Les Havres Gris

Spoiler:
 

Ce magnifique port, situé à l'embouchure du Golfe de la Lune, revêt une importance cruciale pour les Elfes. En effet, en plus d'être la capitale du royaume de Lindon, il s'agit également du lieu à partir duquel les Premiers-Nés s'exilent pour Aman, fuyant les Terres du Milieu.
Aujourd'hui, les Havres Gris (aussi appelés "Mithlond" en sindarin) peuvent être à juste titre considérés comme une cité fantôme: ils ne sont plus habités que par une centaine d'Elfes Falathrims, principalement des marins qui construisent les navires destinés au Voyage ainsi qu'une garnison permanente de Dùnedains du Nord, envoyés par la princesse Earwen pour protéger la cité d'un éventuel assaut. En effet, à la menace que constituent les armées de Morgoth s'ajoute celle de Thrain III, roi Nain des Montagnes Bleues qui, raciste à l'extrême envers les Elfes, n'attend qu'une occasion pour s'attaquer à eux. Suite au départ de Galdor, lieutenant de Cirdan le Charpentier, la cité ne connait plus aucun souverain.


_________________
« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. »

La volonté du Mal ruine souvent le Mal. J.R.R Tolkien


Dernière édition par Radagast le Dim 30 Sep - 15:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-sa.superforum.fr/forum
Radagast
Administrateur principal- Magicien brun
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 24
Emploi/loisirs : Regarder les arbres pousser...
Humeur : Pensif...
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Race: Istar
Age: Des milliers d'années...
Etat mental: Heureux et épanoui !

MessageSujet: Re: Les Races: compte-rendu   Jeu 29 Oct - 11:34


Les Nains










I) Histoire


Au lendemain de la Guerre de l'Anneau, le Peuple Nain connut une période d'expansion sans précédent dans son histoire. Jadis limité au Royaume d'Erebor et des Monts du fer, les territoires nains s'agrandirent en peu de temps de nombreuses colonies. Ainsi, Gimli fils de Gloin mena un groupe de nains dans les Cavernes Étincelantes, au-dessus du Gouffre de Helm, tandis que Thrain, fils de Thorin III d'Erebor, reconstruisit les antiques cités de Nogrod et Belegost dans les Monts Brumeux, dont il se proclama roi.

Ces nouvelles possessions développèrent d'emblée un commerce actif avec les humains du Royaume Réunifié, dont Thorin III devint le vassal en l'an 41 du Quatrième Age. En effet, les territoires colonisés regorgeaient de richesses minérales, comme le fer, l'argent, l'or et parfois même le diamant. Ainsi, les premiers temps du Quatrième Age se caractérisèrent par une grande prospérité économique qui faisait la fierté du peuple Nain. Cependant, la population Naine ne s'accrut pas durant cette période et sembla stagner aux environs de vingt mille âmes. Ainsi, tôt ou tard, les Nains se retrouveraient confrontés aux mêmes difficultés que subissaient de plein fouet leurs ennemis, les Elfes et la race des Naugrims qui se voyaient condamner à l'extinction.

C'est alors qu'aux alentours de l'an 68 du Quatrième Age, un évènement sans précédent retentit à travers toute la Terre du Milieu: Dùrin VII dit le Dernier, cousin de Thorin III d'Erebor, se lançait à la conquête de la Moria, à la tête d'une petite armée motivée. Rapidement, le jeune guerrier obtint de grands succès sur les gobelins moribonds qui occupaient encore les sombres cavernes. Bientôt, la lumière rejaillit dans les sombres salles, le son des harpes et des marteaux retentit dans les profondeurs: la grande cité de Khazad-Dum renaissait de ses cendres. Bien que la conquête ne soit pas encore achevée (des poches de résistance gobelines demeurèrent actives jusqu'à la Dagor Dagorath), nombre de Nains accoururent de toute la Terre du Milieu pour coloniser la nouvelle cité et exploiter le filon de mithril qui avait fait la fortune de leurs ancêtres. En peu de temps, Khazad-Dum devint la plus grande cité Naine de la Terre du Milieu, dépassant Erebor, Anglarond, Nogrod et Belegost. Dùrin s'en proclama roi en l'an 92 du Quatrième Age.

Cet évènement favorisa l'essor d'un mouvement idéologique jusque là minoritaire au sein des Naugrim: le nationalisme nain. Né peu de temps avant la Guerre de l'Anneau, cette idéologie clame la supériorité de la race Nain sur toutes les autres races de la Terre du Milieu, en particulier les elfes et réclame une union de tous les Nains à travers Arda. Dans les années qui suivirent la conquête de la Moria, les nationalistes Nains devinrent plus nombreux et furent en mesure d'organiser des raids sur les villages isolés des humains et les caravanes commerçantes des Elfes. Bientôt, les protestations indignées fusèrent et, sous la pression du puissant Royaume Réunifié, les rois Nains déclarèrent le mouvement des nationalistes hors-la-loi: les principaux dirigeants furent arrêtés et leurs repaires forcés. Mais parmi ces souverains, Thrain III, connu pour son racisme voyait d'un bon œil ces agités qui s'attaquaient aux Elfes et soutient secrètement quelques militants nationalistes.

C'est alors qu'en 120 du Quatrième Age, commença la Dagor Dagorath. Les Nains furent les premières victimes de la colère de Morgoth: le Seigneur des Ténèbres lâcha son lieutenant Glaurung et plusieurs milliers d'Orientaux sur le Royaume d'Erebor. Les Nains, surpris, tentèrent de résister avec leurs alliés les Hommes de Dale, mais ils ne tardèrent pas à crouler sous le nombre. Thorin III fut tué par Glaurung en personne, tandis que le Trône sous la Montagne était abattu et que tous les civils fait prisonniers étaient brutalement massacrés. En tout, c'est plus du quart du peuple Nain qui disparut ce jour-là ! Les rares survivants furent immédiatement réduits en esclavage tandis que ceux qui avaient réussi à s'échapper vinrent porter la sinistre nouvelle en Moria. La fierté des Nains fut ébranlée par ce désastre et rapidement les derniers royaumes restants, à savoir Khazad-Dum, Anglarond, les Monts du Fer et les Montagnes Bleues prirent les armes.

Mais en ces temps de larmes et de guerre, le nationalisme Nain connut un nouvel essor. Les militants qui se tenaient cachés depuis les persécutions refirent surface et clamèrent le début d'un Nouvel Age pour les Nains. Cette fois, leurs revendications furent entendues et les Naugrims envisagèrent sérieusement de se doter d'un Haut Roi, supérieur aux autres souverains et capable de conduire la Guerre. Ce rôle échut à Dùrin le Dernier qui, bien qu'il n'éprouvait aucune sympathie pour les nationalistes, fut couronné Haut Roi des Nains des Terres du Milieu le 1er septembre en son fief de Khazad-Dum. Le Mage Radagast le Brun, apportant à Dùrin l'un des derniers Anneaux de Pouvoir des Nains, le consolida dans sa position aux yeux de son peuple. Mais très vite, le nouveau Haut Roi entra en conflit avec son vassal Thrain III des Montagnes Bleues, qui en plus de soutenir officieusement les opérations des nationalistes, clamait sa volonté de gouverner seul.


II) Société


La société naine ne connait pas le principe des castes: chacun est libre de faire ce qu'il veut selon ses mérites sans que lui soit attribué une étiquette. Ainsi, si la plupart des nains sont des mineurs ou des commerçants, tous ont été formés aux arts de la guerre et sont capables d'être mobilisés en cas de graves dangers.
Contrairement à une idée largement répandue, les Nains ne sont pas tous des incultes ivrognes. En effet, nombre d'entre eux savent s'adonner à des genres tels que la littérature et la poésie (comme en témoigne l'existence du Livre de Mazarboul, retrouvé dans la Moria). Il est sûr qu'ils peuvent également être de rudes combattants et qu'ils apprécient beaucoup la bière et autres boissons alcoolisées.

Les Nains ne sont pas de grands voyageurs par nature: ils préfèrent rester dans leur montagne plutôt que de se mêler au monde. La plupart consacrent leur vie à l'exploitation de ces montagnes, et les tonnes d'or, de mithril et de pierreries accumulées font leur fierté. Les Naugrims sont par ailleurs d'excellents commerçants, qui réussissent toujours à conclure des affaires fructueuses avec les Nains comme avec les Hommes. Étant relativement peu nombreux et emmagasinant la richesse, les Nains possèdent le niveau de vie moyen le plus élevé de toute la Terre du Milieu.

Au niveau politique, les Nains sont la seule race unifiée sous l'égide d'un Haut Roi, Durin VII de Khazad-Dum. Ce dernier rend la justice, commande les armées et dirige l'ensemble des enclaves naines. Il possède à titre personnel la Moria et les Monts du Fer tandis que les cités des Montagnes Bleues sont aux mains de son cousin Thrain III et que l'enclave d'Anglarond se gouverne comme une république indépendante. La vie politique chez les Nains est marquée par l'affrontement entre les nationalistes qui clament toujours la supériorité de la race naine et refusent l'alliance avec les autres peuples et les modérés, sous la protection du Haut Roi.

Il faut également évoquer une partie bien souvent ignorée du peuple Nain: les Naines. Ces dernières sont très discrètes et ressemblent beaucoup à leur maris (elles portent elles aussi la barbe) et de ce fait, rares sont les voyageurs qui peuvent se targuer d'en avoir rencontré une. Qui plus est, elles ne composent que le tiers de leur peuple : c'est pourquoi chez les Nains le taux de renouvellement des générations est très lent. Cependant, les Naines sont aussi courageuses et dévouées à leur peuple que leurs maris et il n'est pas rare de voir l'une d'entre elles accompagner les Hommes au champs de bataille.


III) Terres naines


1. Khazad-Dûm

Spoiler:
 

La cité de Khazad-Dûm, encastrée dans les Monts Brumeux, est la fierté du peuple nain. Ses couloirs riches en matériaux précieux tels que le mithril, longtemps occupés par les gobelins et autres créatures malfaisantes, ont été reconquis au terme d'une brillante campagne au début du Quatrième Age. Menés par Dùrin le Dernier, digne représentant de la plus illustre dynastie Naugrim, les Nains ont libéré les neuf dixièmes de la cité qu'ils n'ont pas tarder à coloniser et à reconstruire, lui rendant toute sa grandeur passée. Depuis la chute d'Erebor, Khazad-Dûm est devenu le principal bastion des Nains en Terre du Milieu.

2. Monts du Fer

Spoiler:
 

Dépendance directe de la Moria, ces montagnes se retrouvent actuellement dans une situation critique, seul bastion des nains en terre de Rhovanion. Les forces d'Angband en font le siège, mais jusqu'à présent rien n'a pu entaillé la vaillance des Naugrims, auxquels se sont joints des réfugiés de nombreux peuples. Comme leur nom l'indique, ces Monts sont très riches en matières minérales comme le fer et leur perte constituerait une véritable catastrophe pour les Peuples Libres.

3. Aglarond

Spoiler:
 

Situées à proximité du Gouffre de Helm, les Cavernes Étincelantes, aménagées autrefois par les Dùnedains, ont servi de refuge aux Rohirrims lors de la Guerre de l'Anneau. Au début du Quatrième Age, Gimli y est revenu avec des Nains d'Erebor et s'est proclamé Seigneur des Cavernes Étincelantes. Sous la protection du roi Eomer, Aglarond a été transformée en une véritable forteresse souterraine. Depuis le départ de Gimli vers Valinor, son fils Gloin II administre cette curieuse enclave naine au milieu du Rohan, dont la prospérité repose sur les exportations d'or et de pierres précieuses.


_________________
« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. »

La volonté du Mal ruine souvent le Mal. J.R.R Tolkien


Dernière édition par Radagast le Dim 19 Aoû - 10:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-sa.superforum.fr/forum
Radagast
Administrateur principal- Magicien brun
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 24
Emploi/loisirs : Regarder les arbres pousser...
Humeur : Pensif...
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Race: Istar
Age: Des milliers d'années...
Etat mental: Heureux et épanoui !

MessageSujet: Re: Les Races: compte-rendu   Sam 18 Aoû - 13:30

Les Hommes



I) Histoire


Gandalf l’avait prédit : le Quatrième Age se révèle bien être l’âge des Hommes. Au lendemain de la Guerre de l’Anneau, le peuple qui a payé le prix le plus fort dans la lutte contre Sauron, le peuple dont certains pointaient du doigt la « faiblesse », voit s’ouvrir de nouveaux horizons. L’essor de la race des Hommes est indissociable de l’ascension d’un des leurs : Aragorn II, ancien chef des Rangers du Nord, devenu le roi Elessar, fondateur du Royaume Réunifié de Gondor et d’Arnor. Sous son égide, les Dùnedains retrouvent toute leur grandeur passée : l’Arnor se relève de ses ruines, le Gondor atteint de nouveau son extension maximale, les capitales de Minas Tirith et d’Annùminas brillent de mille feux. Du point de vue géopolitique, aucun état de la Terre du Milieu n’échappe à l’emprise du Royaume Réunifié : le Rhùn et le Harad sont soumis au terme d’une brillante campagne tandis que la Comté, le Rohan, l’Erebor et les bastions elfes se font vassaux de la Tour Blanche.

Les cents premières années du Quatrième Age se révèlent être une période de paix et de prospérité telle que les Humains, depuis toujours habitués aux guerres et aux malheurs, n’en avaient jamais connues. Une série de bonnes récoltes écarte définitivement le spectre de la famine et le développement de la médecine fait diminuer la mortalité. De ce fait, la population humaine explose et dépasse le million dès l’an 50 du Quatrième Age. L’industrie et l’artisanat prennent leur essor, dotant les habitants d’outils performants pour améliorer leur quotidien. Le commerce entre le Royaume Réunifié et ses voisins se développe rapidement, l’entrave de la guerre ayant disparu et de nombreux produits nouveaux et luxueux déferlent dans les marchés. Les ports de Dol Amroth et de Pelargir reprennent de l’activité et une vraie flotte marchande navigue bientôt le long des Côtes de la Terre du Milieu. Du point de vue politique, la forte personnalité et la sagesse du roi Elessar découragent les complots des divers vassaux et la stabilité profite à tout le monde. La naissance d’un héritier, le prince Eldarion, en l’an 41, marque l’apogée de cette période.

Cependant, dès les années 90, les difficultés ressurgissent. D’une part, l’afflux de richesses et la stabilité a entraîné l’apparition d’une bourgeoisie commerçante, autant chez les Rohirrims que chez les Dùnedains qui entrent en conflit avec la vieille aristocratie guerrière. D’autre part, le roi Elessar se fait vieux et a du mal à imposer son autorité de partout dans un empire devenu trop vaste. Les Haradrims et les Orientaux, trop longtemps bridés par leurs vainqueurs, se révoltent une première fois en l’an 98. Même si cette insurrection désorganisée est rapidement matée, elle fait apparaître un certain relâchement dans la jadis puissante armée du Royaume Réunifié. Par ailleurs, de nombreux ambitieux s’agitent autour du roi pour obtenir plus de pouvoir et de faveurs. Parmi eux, des grands seigneurs –le prince de Dol Amroth et l’Intendant Elboron, fils de Faramir- mais aussi des membres de la famille royale, comme la princesse Eleanor. En l’an 114, une mauvaise récolte, bientôt suivie d’une deuxième, provoque des émeutes rapidement maîtrisées. Dans le bel édifice des Hommes, des failles commencent à apparaître.

Puis vient l’an 120 du Quatrième Age. Alors que le vieux Elessar est à l’agonie et qu’autour de lui on se dispute déjà pour sa succession, l’Ombre commence à réapparaître en Terre du Milieu. Ayant forcé les Portes de la Nuit, Morgoth rassemble discrètement ses fidèles depuis sa forteresse du Nord, Angband et commence à semer les germes de la révolte chez les Mauvais Hommes. Décidé à frapper fort, le Seigneur des Ténèbres lance ses viles créatures sur Erebor et saccage la forteresse des Nains : Dagor Dagorath, la Bataille des Batailles, vient de commencer. Au même moment une violente révolte éclate au Harad et au Rhùn. Des rapports très inquiets des gouverneurs locaux ne suffisent pas à détourner les seigneurs de Minas Tirith de leurs querelles. Très vite la nouvelle insurrection se révèle sans aucune mesure avec la précédente : encadrés par les agents de Morgoth, les Haradrims massacrent les garnisons du Sud et se portent vers le Gondor. Les généraux du Gondor, ayant compris la menace, rassemblent en hâte leurs forces à Pelargir. Le secret du rassemblement ayant été divulgué par les innombrables espions du Seigneur Noir, les Haradrims fondent par surprise sur la principale armée du Gondor. Trois légions, soit près de vingt mille hommes, sont anéanties dans cette défaite traumatisante. Les Dùnedains sont responsables de cette situation : leurs divisions, leur manque de préparation les ont rendu vulnérables face à une armée habituée aux campagnes rapides. Coordonnant leur offensive avec celle des Haradrims, les Orientaux attaquent à l’Est et saccagent le Rhovanion.
Décimée par la défaite de Pelargir, l’armée du Gondor n’est plus en mesure d’arrêter la progression des Haradrims. Bientôt, tout le Sud du Royaume est conquis, à l’exception notable de Dol Amroth, où la vaillance des chevaliers du Cygne contraint les mauvais hommes à lever le siège et de l’Ithilien, où la résistance s’organise. Les troupes du général Harkand se portent bientôt devant Minas Tirith et réussissent là où Sauron avait échoué cent ans plus tôt. La Cité Blanche tombe et nombreux sont les drames à se produire ce jour-là : Arwen et la plupart de ses filles sont assassinées, Eldarion disparait mystérieusement, l’Arbre Blanc est incendié (mais une pousse sauvée par miracle sera replantée en Isengard) et des trésors tels que le palantir d’Orthanc tombent aux mains de l’ennemi.

Cependant, loin de décourager les Hommes, la tragédie qui se déroule en Gondor les renforce et les unit. En Rohan, le roi Eodril rassemble l’ost et unissant ses forces à celles des Rangers d’Elboron, arrête la progression des Haradrims. A Dol Amroth, les chevaliers poursuivent leur contre-attaque et libèrent une partie du Belfalas. La cité, ravitaillée par la mer, se prépare à un long siège. Dans l’Arnor encore intact, la princesse Eleanor organise la résistance et envoie des troupes en Rhovanion pour combattre les Orientaux.
Il faut également évoquer le sort de certains cousins des Humains durement éprouvés par la guerre : les Hobbits et les Drùedains. Profitant de la désorganisation qui suit la chute de Minas Tirith, Morgoth lance un raid ravageur sur la Comté sans défense. L’intervention des Elfes et de nombreux actes d’héroïsme ne peuvent empêcher le génocide des Hobbits : seuls quelques centaines de survivants se réfugient à Annùminas et à Imladris. De même, les cavaliers de Harad envahissent la Forêt de Druadan et massacrent les Drùedains. Les survivants s’enfuient vers le Nord et s’installent en Isengard sous la protection des Istari.



II) Société


La société du Royaume Réunifié est très hiérarchisée et repose sur un système féodal hérité de Nùmenor:

-Au sommet de la pyramide, le Roi. Ce dernier dispose d'un pouvoir quasi-absolu: il commande l'armée, rend la justice, édicte les lois et les fait appliquer. La fonction royale est associée à un prestige et à une autorité qui permet de souder la population autour de son souverain. Toutefois, ce dernier doit consulter les assemblées de chaque province pour lever de nouveaux impôts et il ne peut faire enfermer arbitrairement un de ses sujets.

-Juste au-dessous du roi, la noblesse. Maître de plusieurs fiefs dans la dépendance du pouvoir royal, l'aristocratie incarne la force de la tradition en ces temps incertains et dispose encore de nombreux privilèges. On distingue la haute aristocratie, composée des descendants des grandes familles de Nùmenor (parmi lesquels le prince de Dol Amroth et l'Intendant d'Ithilien) de la petite aristocratie, qui se contente de fiefs en province. La prééminence de la noblesse se voit aujourd'hui contestée par l'émergence d'une classe de riches commerçants tandis que les défaites militaires à répétition et les querelles de pouvoir ont durement atteint le prestige de la "classe des guerriers".

-Enfin, le peuple compose l'écrasante majorité de la population du Royaume Réunifié. Là encore il faut distinguer deux catégories: les paysans et les habitants des villes. Qu'ils soient propriétaires terriens ou laboureurs journaliers, les paysans jouent un rôle vital pour la survie du Royaume: c'est eux qui produisent en effet la nourriture qui alimente les villes et les armées. Avec le déclin de la sécurité, les paysans ont eu tendance à prendre eux-mêmes en main leur défense: parfois aidés par leurs seigneurs, ils érigent des palissades autour de leurs villages et repoussent les assauts des pillards de Morgoth. Parmi les habitants des villes, il faut différencier les artisans, les petits commerçants et les pauvres gens des riches commerçants. Ces derniers, ayant tiré de nombreux profits de l'ancienne période de prospérité, ont acquit une influence grandissante au sein des assemblées régionales. A noter que la population des villes est beaucoup plus nombreuses en Arnor, reconstruit depuis un siècle seulement, qu'en Gondor, où les habitants des cités sont partis se réfugier dans la campagne pour échapper aux pillards haradrims.


III) Les Royaumes Humains


1. Le Gondor

Spoiler:
 

Le plus grand royaume des hommes, la fierté des Peuples Libres... le Gondor était tout cela, avant que la tempête ne s'abatte du Sud. Mal préparé militairement, divisé par les querelles sociales et par la succession d'Elessar, le Gondor n'a pas pu s'opposer à l'invasion brutale des hordes de Haradrims. La principale armée gondorienne étant écrasée à Pelargir, rien ni personne n'a pu s'opposer à la remontée des Suderons vers le Nord et à la chute de Minas Tirith. Aujourd'hui, le Gondor est presque entièrement occupé par les armées de Harad, à l'exception de quelques enclaves: les forteresses de Cair Andros et Dol Amroth, ainsi que la région d'Osgiliath où s'activent les Rangers de l'Ithilien. Les hommes du Sud règnent d'une main de fer sur la population occupée: les réquisitions de blé et de bétail sont devenues monnaie courante, de même que les exécutions sommaires ou l'enrôlement forcé dans les armées des Ténèbres.

2. L'Arnor

Spoiler:
 

Ravagé par les anciennes guerres d'Angmar, le Royaume du Nord a été reconstruit par Aragorn Elessar et a retrouvé sa grandeur d'antan. Au contraire du royaume frère du Sud, l'Arnor n'a pas subi d'invasions majeures pour le moment, à l'exception du raid meurtrier qui a frappé la Comté et de l'attaque des Havres Gris. Son économie repose principalement sur l'artisanat et l'exploitation de minéraux: en effet, les campagnes d'Arnor sont peu peuplées et la population se concentre surtout dans les deux grandes cités de Fornost et d'Annùminas. Dans cette dernière ville se trouve le Palais des Rois où s'est installé depuis peu la princesse Earwen, dernière fille d'Elessar et régente autoproclamée du Royaume. A noter que malgré la relative sécurité, l'Arnor reste exposé aux raids d'Orcs venant des terres d'Angmar, au Nord.

3. Le Rohan

Spoiler:
 

Densément peuplé et encore intact, le Royaume des Dresseurs de Chevaux reste une puissance non négligeable et un atout précieux pour les Peuples Libres. Ses cavaliers incomparables dans toute la Terre du Milieu protègent efficacement la terre de leurs ancêtres et sont intervenus à plusieurs reprises au secours de leurs voisins, que ce soit en Gondor ou en Rhovanion. En dehors de l'élevage de chevaux et de la fabrication d'armes, l'agriculture reste la principale ressources du Rohan: ses vastes plaines servent en effet à l'élevage de bétail et à l'agriculture. Le jeune roi Eodril siège à Edoras, mais au besoin les Rohirrims peuvent toujours trouver refuge dans la solide forteresse de Fort-le-Cor au Gouffre de Helm, non loin de l'enclave naine d'Aglarond.

4. Rhùn et Harad

Spoiler:
 

Ces sombres et mystérieux territoires du Levant et du Sud sont le repaire des Mauvais Hommes: les Haradrims et les Orientaux. Ennemis de toujours du Gondor, les Haradrims ou Suderons, se sont ralliés à Morgoth dès son retour, et au terme d'une campagne fulgurante ont pris leur revanche sur leurs voisins. Les voici maîtres de Minas Tirith et de la quasi-totalité du Gondor, même si le contrôle d'un territoire aussi vaste s'avère difficile. Toutefois, les Haradrims ont par nature un esprit rebelle et indépendant et leur général en chef Harkand a parfois beaucoup de difficultés à imposer son autorité aux différents clans. Par ailleurs, l'afflux de richesse issues de la conquête est une source de conflits permanents entre les Suderons, ces derniers étant avides et peu enclins à partager. Très peu de choses sont connues des Orientaux qui habitent les terres de l'Est de la Terre du Milieu autour de la Mer de Rhùn. Au contraire des Haradrims, il s'agit de guerriers profondément disciplinés et au sens de l'honneur indéfectible: au combat, ils préfèrent se faire massacrer plutôt que de se rendre ou de battre en retraite.


_________________
« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. »

La volonté du Mal ruine souvent le Mal. J.R.R Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-sa.superforum.fr/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Races: compte-rendu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Races: compte-rendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommet CARICOM/USA: Compte-rendu du Forum de la diaspora
» Compte-rendu de partie 2 : Infinity Gauntlet
» [SAGA] petit compte rendu de bataille
» Compte rendu RP Enragé J4
» Compte rendu de la réunion du 21/10/11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Lord of the Rings :: Premiers Pas :: Administration :: Contexte du RPG-
Sauter vers: