Accueil  Portail  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'heure de la Revanche (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Radagast
Administrateur principal- Magicien brun
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 25
Emploi/loisirs : Regarder les arbres pousser...
Humeur : Pensif...
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Race: Istar
Age: Des milliers d'années...
Etat mental: Heureux et épanoui !

MessageSujet: L'heure de la Revanche (libre)   Jeu 25 Déc - 14:06

HRP: ce rp est à destination d'Amaurea en priorité, mais tout joueur motivé et dont le personnage n'est pas pris par le rp "Quête du Silmaril" peut le rejoindre

-Vous ferez exactement tel que je vous l’ai dit. Vous et vos cavaliers, partez sur l’heure vers le Nord, repérez notre ennemi et harcelez-le. Attaquez les groupes d’orcs isolés, tuez leurs éclaireurs, détruisez leur matériel et surtout leurs machines de guerres… Qu’ils ne connaissent pas un instant de répit. Mettez le Dragon fou de rage, qu’il perde patience, et qu’il commette des erreurs. Mais en aucun cas et sous aucun prétexte n’affrontez le gros de la troupe : vous vous feriez massacrer.

-Il en sera tel que vous l’avez ordonné, grand-père. Mais il nous déplait de vous quitter à l’heure où l’Ennemi approche, et vous le savez.

Elrohir s’inclina devant Celeborn, et lui et son frère Elladan quittèrent la Salle du Trône, la même où siégeait le roi Thranduil quelques années plus tôt. Sur le visage des jeunes elfes (autant qu’il est possible de parler de jeunesse pour cette espèce) se lisait l’inquiétude et la tristesse. C’était une mission périlleuse qui les attendaient, mais c’étaient pour leurs amis, barricadés au sein des Halls de Thranduil, que se portait leur inquiétude.
L’ancien roi de Lothlorien se tenait désormais seul dans la salle millénaire, qui servait pour l’heure de quartier général aux armées coalisées. Enfin, seul il ne l’était pas : Beorn le changeur de peau se leva du trône sylvestre brisé, et se dressa de toute sa haute stature. Ses sourcils broussaillés se resserrèrent de mécontentement, accentuant leur quasi-fusion.


-Maître Elfe, vos lanciers d’Imladris font partie de nos meilleures unités. Les mieux entraînées, les mieux disciplinées. Pourquoi nous en séparer ainsi alors que l’heure fatidique approche ?

-Il le fallait, sire Beorn. Les lanciers d’Imladris sont les meilleurs cavaliers de notre peuple, et à l’intérieur des Halls, nous n’aurions jamais pu les utiliser à cheval. En harcelant notre ennemi de l’extérieur, ils nous feront gagner un temps précieux.

-Certes… mais la liste de nos forces s’amenuise encore. Et votre princesse de Mirkwood qui ne se montre pas, après deux jours d’attente. Je vais me porter à la Grande Porte, le roi Dùrin doit être en train de superviser la construction des barricades.


Le ton de Beorn respirait le scepticisme, et c’est d’un pas forcé qu’il partit de son côté. Comment lui en vouloir, alors que l’issue de l’affrontement à venir était aussi incertaine ?

L’ancien roi de la Lothlorien, et dernier survivant des Hauts Elfe du Premier Age, se pencha sur une carte du Rhovanion qui s’étalait sur un tronc d’arbre. Le plan d’origine était pourtant parfait, mortel. Alors que Radagast et ses compagnons partaient vers le Grand Nord pour une dangereuse mission dont dépendait l’avenir de la lutte des Peuples Libres, ces derniers s’étaient décidés à lancer une grande offensive pour frapper la plus redoutable des légions de Morgoth : l’Armée du Nord, celle de Glaurung le Dragon. Une force de frappe rassemblant les meilleurs guerriers de chaque peuple s’était rassemblée : le roi Dùrin VII menait l’ost de Khazad-Dûm, fort de trois mille Nains, tandis que Beorn le changeur avait rassemblé cinq mille de ses Beornides (dont beaucoup montés sur des ours). A cela s’ajoutaient les mille guerriers de Dale conduis par leur roi Bard III, et surtout les Elfes. Les Elfes qui enfin relevaient la tête. Aux deux milles cavaliers de Fondcombe qui venaient de partir avec Elladan et Elrohir s’ajoutaient cinq cents Elfes sylvains, de Lorien et de Mirkwood, qui attendaient aux Halls de Thranduil aux côtés de Celeborn. Sept cents Elfes, presque la moitié du total des survivants de leur race. En tout cas de ceux dont la survie était répertoriée. Car tel était le but de la mission d’Amaurea : parcourir la Forêt avec quelques compagnons, et vérifier si les rumeurs attestant de résistants Elfes à Mirkwood étaient vraies. Et auquel cas, les ramener à temps aux Halls, avant que Glaurung lance son assaut.

C’est ici qu’intervenait la stratégie d’encerclement mise en place par les chefs des Peuples Libres : l’armée du Rhovanion devait s’enfoncer au sein de Mirkwood et s’emparer des Halls, puis les tenir coûte que coûte face à l’Armée du Nord. Glaurung, qui assiégeait avec le gros de ses forces les Monts du Fer, ne pourrait se permettre de perdre une position aussi stratégique, et interviendrait en force contre cette nouvelle armée sur ses arrières. Et c’est alors que l’ost du Rohan, mené par le roi en personne, remonterait vers le Nord et lèverait le siège des Monts du Fer. Renforcés par les réfugiés des Monts, les Rohirrims tomberaient alors sur Glaurung, qui serait pris en tenaille. Le plan était précis, mortel. Le Dragon ne devait pas en réchapper, pas plus les hordes placées sous ses ordres.

Jusqu’à présent, le plan élaboré lors du Conseil d’Orthanc avait semblé porter ses fruits. L’armée des Peuples coalisés s’était heurtée une première fois à un premier détachement d’orcs au niveau des Gués du Carrock, et l’avait écrasé. La victoire avait été totale : le siège avait été mis devant Dol Guldur dans la foulée, tandis que l’essentiel des forces des Peuples libres remontait vers les Halls et s’en emparait. Voilà deux jours que l’armée de Celeborn, Dùrin, Beorn, Bard et Amaurea fortifiait les Halls, véritable nid de gruyère souterrain, et la forêt avoisinante. Le tout se transformait en piège mortel, et c’est à ce moment-là qu’Amaurea avait été envoyée en mission pour retrouver plus des siens, dont on aurait grand besoin pour l’affrontement.

Mais c’était avant que ne parviennent des messages très inquiétants de l’Est. Glaurung était bien en marche, mais ses forces étaient bien plus impressionnantes que prévu. Pas seulement des orcs, mais aussi des hommes, des légions d’Orientaux caparaçonnés et disciplinés, des guerriers sans pitié. Encadrés par des araignées géantes de la Forêt, et de loups immenses, grands comme un homme. Le Dragon menait bien en personne son armée, mais on disait que plusieurs autres Vers étaient à ses côtés. Rien que du côté des orcs et des hommes, les effectifs de l’Ennemi dépassaient trente mille guerriers. Soit au moins un contre trois. De quoi douter de la victoire, quelle que soit la préparation mise en œuvre.

Celeborn en venait à se sentir coupable. Pour ses guerriers, mais surtout pour Amaurea, si jeune –selon les critères Elfes- et si passionnée, vaillante. Privé de la plupart des siens, partis pour les Terres immortelles ou tombés sous les coups de l’Ennemi, il en était venu à considérer la petite-fille de Thranduil comme sa fille. Le récit de ses exploits aux Havres s’était répandu, et il avait pu constater de ses propres yeux lors du Conseil en Isengard à quelle point la jeune reine était devenue sûre d’elle, charismatique et déterminée. Mais il n’arrivait pas à se détacher de l’impression de l’avoir attirée, elle et son peuple, dans un piège mortel.

L’ancien roi en était à ces sombres pensées quand un elfe, tout d’armure vêtue, se précipita dans la salle.

-Monseigneur, nos éclaireurs ont repéré une troupe en approche. Ils sortent du cœur de la Forêt, il est encore impossible de déceler leur identité.

Le cœur de Celeborn s’arrêta : se pourrait-il que…

_________________
« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. »

La volonté du Mal ruine souvent le Mal. J.R.R Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-sa.superforum.fr/forum
Amaurëa
Princesse de Mirkwood/Co-admine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 102
Age : 33
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Race: Elfe
Age: 97
Etat mental: Chevaleresque

MessageSujet: Re: L'heure de la Revanche (libre)   Mar 30 Déc - 2:46

Le voyage avait été long pour la jeune princesse. Revenir vers cette contrée qu'elle avait quitté dans son enfance comme une fuyarde, une déshérité, était difficile et douloureux. Tellement de souvenir y était rataché, et surtout, il y avait la peur de constaté à quel point les dégâts allait avoir changer la forêt. Cependant, elle fit bonne figure pour ses troupes, ne laissant jamais ne serais-ce que transparaître de son malaise. Elle était leur symbole et elle tint son rôle à la perfection. Jamais avant de quitter la Lothlorien, elle n'aurait put croire avoir tous cela en elle. Guerrière, diplomate, princesse, symbole. Et pourtant, c'était comme d'enfiler un gant qui vous allait parfaitement.

Tout au long du voyage, il s'arrètèrent dans chaque ville et chaque village, brandissant bien haut la banière de la princesse-héritère de Mirkwood. Il restait quelques jours, aidaient les gens de leur mieux, et surtout recrutaient. Au début, seul quelque elfes se joignirent à eux, mais plus le temps passait, et plus les recrues était nombreuse. Les elfes venaient vérifié par eux-même si la rumeur était vrai, et leur joie explosait de voir la princesse en vie. Leur troupe devenait de plus en plus grande. Finalement, elle se totalisa tout près des deux cens elfes. Plus une cinquantaine d'humain qui avait décidé de rejoindre la troupe. Personne de bonne volonté, sauf les enfants trop jeunes, n'avait été renvoyé chez eux. Toute volonté était une de plus contre les ténèbres.

La nuit, si elle n'arrivait pas à se reposer, c'est à dire presque toujours, elle chantait des berceuses et des chants en l'honneur de l'espoir, de sa contré, des chants de la vie simple des elfes, et aussi certain des humains. Elle berçait ses soldats de sa voix. Si elle n'avait pas la pureté de ses ancêtre, elle était quand même juste et clair, et surtout empreinte d'émotions et d'espoir.

Au fur et à mesure qu'elle approchait, que le paysage devenait de plus en plus connu et aimé, la torture s’intensifiait de voir la souillure qui l'avait dégradé. Elle se força à regarder, à en assimilé chaque détail, à laissé sa peine et sa colère faire enfler sa détermination à vaincre l'ennemie.  Il y eu bien sur quelque petites escarmouche, le tout fut alors dissimulé et enterré pour s'assuré que personne ne perçoivent leur avancé. Néanmoins, la plupart du temps, ils réussirent à évité les patrouilles grâce à leur rôdeur et à leur connaissance intime du terrain.

Et finalement, elle arriva, avec sa troupe en vu du point de rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radagast
Administrateur principal- Magicien brun
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 25
Emploi/loisirs : Regarder les arbres pousser...
Humeur : Pensif...
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Race: Istar
Age: Des milliers d'années...
Etat mental: Heureux et épanoui !

MessageSujet: Re: L'heure de la Revanche (libre)   Jeu 1 Jan - 16:41

Surmontant l'appréhension de se retrouver sur ses terres dévastées et de marcher dans les pas de ses ancêtres, Amaurea avait donc accompli la mission qui lui était confiée, et les elfes sylvestres qu'elle avait croisé sur son passage s'étaient ralliés à leur souveraine légitime. Deux cents guerriers supplémentaires... une goutte d'eau face à l'armée ennemie qui approchait, mais un apport précieux pour des défenseurs en position de force. Et une précieuse bouffée d'oxygène pour une population elfique qui s'était sérieusement étiolée. Les chances de fonder un état viable à Mirkwood une fois la bataille terminée se renforçaient

Lorsqu'elle arriva avec sa petite troupe, en suivant le légendaire Sentier de la Forêt, la fille de Legolas put entendre des acclamations venant d'au-dessus sa tête. Sur les hauts arbres de la Forêt, les défenseurs avaient construit un réseau de cabanes et de pont tout le long du chemin menant aux Halls, sur prêt de deux kilomètres.

Spoiler:
 

Là-haut se tenaient, à l'affût, prêt à dégainer leurs arcs, des Elfes et des Hommes. Les Elfes étaient des Galadhrims pour la plupart, mais Amaurea pouvait reconnaître aussi certains visages connus, qui l'acclamaient plus fort que les autres: des survivants du Royaume de Thranduil. Les hommes étaient des Beornides, le peuple des bûcherons, bien bâtis et affichant un air dur et inflexible. la plupart étaient armés d'haches de jet et d'arcs, mais certains portaient dans leurs mains de lourdes pierres prêtes à être lancées sur l'Ennemi.

Plus loin Amaurea pouvait apercevoir la Porte des Halls, à laquelle donnait accès un pont de pierre surmontant un torrent déchaîné

Spoiler:
 

Ici les Nains de Khazad-Dûm avaient fait leur ouvrage: deux colossales barricades se dressaient sur le chemin de la Porte. Haute de presque sept mètres, constituée de pierre, d'arbres et d'autres débris fondus dans du ciment, chacune était surmontée par des dizaines et des dizaines de Naugrims tout d'acier harnachés, hache ou hallebarde au poing. Beaucoup étaient aussi armés d'arcs et d'autres armes de jet, et deux redoutables balistes à répétition avaient été montées au sommet de chaque barricade. De quoi transpercer la poitrine d'un Troll ou d'un Dragon de petite taille.

Ce n'état pas là la seule entrée des Halls, loin s'en faut. D'autres passages similaires (notamment celui par lequel Bilbon Sacquet et ses compagnons s'étaient évadés il y a très longtemps, montés sur des tonneaux) avaient été fortifiés de la même manière. Mais c'était la principale entrée, celle sur laquelle l'Ennemi concentrerait ses principaux efforts. Et c'est pourquoi les principaux chefs de la Coalition se tenaient auprès de leurs hommes. Dùrin VII inspectait d'un œil minutieux les balistes au sommet de la première barricade, ses guerriers d'élite au garde-à-vous à ses côtés. Sur les ponts suspendus aux arbres, Beorn haranguait avec force ses guerriers , ses poils hirsutes se dressant comme s'il s'apprêtait à se transformer en ours. Et à la rencontre d'Amaurea et des siens se précipitait Celeborn de Lothlorien, une troupe d'elfes Galadhrims à ses côtés. La joie se lisait sur leur visage, et bientôt ce ne fut plus qu'exclamations de joie et d'accolades entre les survivants des Eldar. Toujours en retenue tel qu'on le connaissait, Celeborn baisa galamment la main d'Amaurea en signe de respect; mais le soulagement et l'affection se lisaient dans ses yeux.

-Ma Dame, vous voilà enfin ! Les tambours de guerre se rapprochent, votre arrivée et celle de vos gens tombe à point venue.


Tout en devisant, le souverain de Lothlorien indiquan à Amaurea le chemin des arbres.

-Perchés là-haut, les Elfes et les Humains seront en mesure de harceler l'Ennemi et de ralentir sa progression, tandis qu'il se heurtera aux barricades des Nains. Le choc est imminent, ils seront là d'ici une heure au mieux. Elladan et Elrohir sont partis avec notre cavalerie abattre leurs éclaireurs et harceler leurs arrières: avez-vous fait de mauvaises rencontres sur votre chemin ?

_________________
« Car Radagast, le quatrième, se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foisonnaient en Terre du Milieu, et il renonça à la compagnie des Elfes et des Hommes, passant ses jours parmi les créatures sauvages. »

La volonté du Mal ruine souvent le Mal. J.R.R Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-sa.superforum.fr/forum
Nakor
Magicien violet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 141
Age : 32
Date d'inscription : 14/09/2008

Feuille de personnage
Race: Istari
Age: 3522 ans
Etat mental: Maitre d'Orthanc

MessageSujet: Re: L'heure de la Revanche (libre)   Ven 2 Jan - 14:15

Nakor avait eut fort à faire lors du conseil d'Orthanc, la puissance magique dont il avait eut à faire usage l'avait fortement fatigué. Et ce n'était que le début, la guerre était là, les troupes de toutes les races se rassemblaient pour se faire face. Le monde et son paysage changeait, les anciens représentants les plus dignes de ce monde, dont le nom était entré dans l'histoire, avaient quitté la terre du Milieu pour les lointaines terre brillante. Mais il n'était pas encore heure pour l'Istar devenu unique par l'union de deux frères-esprits trompés. Le magicien violet avait encore bien des choses à faire, le repos n'était pas pour lui. Il avait donc quitté sa tour, la laissant à la protection des sauvages de la forêt pour partir vers le grand nord, s'infiltrer et mener un décompte des troupes ennemies. Dol Guldur, Angband reconstruite sur les ruines de l'ancienne prison de fer de Morgoth et ses hordes maléfiques. Le grand dragon, les orcs, les hommes de l'Orient. Peste soit du mal et de son regroupement. Le magicien avait tout vu de ses propres yeux et se devait de ralentir l'avancée des forces obscures. C'est donc dans un déchainement de puissance qu'il avait fait s'effondrer un pan entier de falaise aux abords d'un escarpement, au dessus d'une gorge dans laquelle les hordes du nord devaient obligatoirement passer. Il avait ainsi obtenu quelques heures de répits et fait passer un message très clair : les troupes alliés n'étaient pas seules. Il avait ensuite prit ses jambes à son cou et chercha à rejoindre le dernier rempart général. Il s'était donc secrètement infiltré dans Mirkwood, usant de quelques artifices d'Istar pour ne pas se faire voir, ni par les hommes, ni par les nains ni les elfes. Il arriva quelques instants avant qu'Amauréa rejoigne Celeborn, dernier grand elfe sous le ciel. Il coupa donc la parole puisqu'il éleva la voix en levant son charme de dissimulation avant que la jeune princesse elfe ne puisse répondre, alors dans le dos de la petite troupe à laquelle il s'adressa

"Je ne sais si les rencontres furent mauvaises sur le long chemin de la Princesse Amauréa, mais ici, la magie des Istaris ne vous abandonnera pas. J'ai joué quelques mauvais tours à nos ennemis, et je vous le confirme, le gros des troupes sera là avant qu'une heure soit totalement écoulé maintenant. Et je puis vous affirmer que cette fois, sous l'impulsion du grand serpent, nos ennemis sont férocement liés les uns aux autres. Il sera difficile de créer un effet de débandade. Nous devons nous attendre à ce qu'ils luttent tous jusqu'au bout Seigneur Celeborn. Elladan et Elrohir nous seront d'un grand secours mais se mettront en grand danger. De mon côté, je ferai ce que je peux pour soutenir nos troupes. Que les Valars soient avec nous tous."

Comme toujours le magicien violet allait droit au but. Autant il aimait rire, autant, quand le sérieux le demandait, il n'allait pas par quatre chemin et assenait les vérités, aussi douloureuses soient-elles à entendre. Allaient-ils tous survivre à cette histoire? Radagast avait-il trouvé l'objet de sa quête? L'heure n'était plus aux questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'heure de la Revanche (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure de la Revanche (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens c'est l'heure de manger... (libre) || End.
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» L'heure du grand départ...[Rp Voyage libre]
» Sale quart d'heure [Libre]
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Lord of the Rings :: Terre du Milieu :: Royaumes des elfes :: Forêt Noire-
Sauter vers: